Retour à la version graphique



Vous êtes dans

Histoire et Patrimoine

Les grands incendies de 1936 à 1949

Témoignage de Clémence NADEAU, Alain BERNADET, André LAFFITTE et Marcel ESCOUBET

La forêt landaise a subi tout au long de son histoire de nombreux incendies, mais à partir de 1936 et jusqu’en 1949, elle connaît une vague particulièrement dévastatrice.
Des 850 000 ha de pins qui préexistaient, près de 350 000 vont disparaître : 100 000 ha en 1943 et plus de 140 000 ha en 1949, de loin l’année la plus sombre. Environ 500 incendies vont se déclarer au mois d’Août cette année-là faisant 82 victimes dans le département.
Ces drames sont le produit de plusieurs facteurs. D’une part, les troupeaux de moutons sont moins nombreux, donc le « débroussaillage naturel » n’est plus assuré (fougères et ajoncs se propagent). D’autre part, les nouveaux arrivants (soldats des troupes d’occupation à partir de 1940, bûcherons espagnols à partir de 1936) méconnaissent les risques, et donc négligent les mesures de prévention. Enfin et surtout, la sécheresse sévit plusieurs années consécutives.

Un fléau s’abat dans notre région à partir de 1945 : les criquets

Témoignage de Clémence NADEAU, Alain BERNADET, André LAFFITTE et Marcel ESCOUBET

Les incendies qui dévastent la forêt depuis quelques années ajoutés à la sécheresse vont favoriser l’implantation et la prolifération de ces insectes. D’une part, les « brûlés » dessinent par endroits un paysage de steppes ; d’autre part, les criquets recherchent les aliments acqueux comme le maïs ou les molinies (paleine). Ces autochtones vont devenir grégaires et migrateurs : ce sont donc des vols noirs qui vont ravager les petites cultures de la Lande, ils iront jusqu’aux plaines de Gascogne et aux rives de l’Adour. Dans le secteur des Petites Landes, la grande invasion a lieu en 1947.

Les débuts du comité des fêtes : Interview d'Hubert LAFFITTE par Frédéric BERNADET

Le 18 janvier 2015, nous sommes allés rendre visite à Hubert Laffitte à la maison de retraite de Roquefort. Au fil de l’année à venir, nous projetons de recenser quelques témoignages des plus « anciens » de Saint-Gor. Chacun pourrait alors nous raconter ses souvenirs du quotidien d’autrefois dans le village, comment et dans quel contexte sont apparus les principaux événements et associations qui ont fait et font encore la vie de Saint-Gor.